Milieu ouvert
Parcours
Familles et educ.
Rendre l'école enfa
Education libre
Milieu ouvert
Actus et agenda
INTERMEDES
Liens favoris
Le travail éducatif en milieu ouvert,
Laurent OTT- Eres
A paraître début mars 2007

Introduction : qu’est ce que le travail éducatif en milieu ouvert a encore à nous apprendre ?


Il paraissait nécessaire aujourd’hui, d’écrire et de préciser ce que peut être le travail en milieu ouvert en direction d’un public large et urbain d'enfants entre 6 et 14 ans, pour différentes et pressantes raisons :

- Les pratiques éducatives de quartier, ouvertes à tous les enfants sans mandat ni prescription, font aujourd’hui l’objet de critiques souvent acerbes mettant en cause leur manque de productivité ou de résultats ; une expression de ces critiques a pu être représentée par des positions mettant en cause la pertinence de travailler dans l’espace immédiat des enfants et familles en difficulté, plutôt que de les aider à accéder à un « meilleur environnement ».

- La logique de développement social et éducatif local qui est au cœur du travail en milieu ouvert est également mise à mal par une succession de réformes récentes qui, telles la Loi Borloo o, remplacent le concept de travail ouvert à tous sur un territoire donné, par un travail mandaté auprès de familles ou d’individus préalablement repérés (programmes et équipes dites de « réussite éducative »). Cette tendance est déjà par ailleurs assez ancienne et était repérable dès 2001 à travers une volonté politique d’axer les mesures sociales sur un « public cible repéré comme le plus en difficulté ».


- Le sens même du travail en milieu ouvert est porteur de confusion avec des dispositifs, mesures ou approches voisines qui semblent partager quelques critères mais qui peuvent s’éloigner radicalement de la philosophie de cette approche ; ainsi en matière de protection de l’enfance on assiste à une réflexion et un vent de réformes qui vise à mettre à l’honneur des solutions alternatives ou complémentaires au placement et qui ont la particularité de se dérouler « hors institutions classiques ». Il en est ainsi des formes d’accueil de jour, des SEMO (Services Educatifs en Milieu Ouvert), ou des pratiques d’enfants re-confiés à leur famille du type SAPNM du Gard.

Or, le caractère « non institutionnel » de ces nouvelles pratiques n’a finalement rien pour choquer le principe individualiste qui guide la politique d’ajustements « au cas par cas », qui se renforce actuellement dans les domaines éducatifs et sociaux.

A contrario, le travail en milieu ouvert de type « développement socio-éducatif » s’oppose quant à lui, radicalement à cette optique individualiste et inspire des pratiques collectives et ouvertes à tous d’accueil et d’accompagnement.

- Enfin, le travail en milieu ouvert est également en risque d’être confondu avec des pratiques d’animation généralistes séquentielles de quartier ; cependant, le caractère généraliste du travail en milieu ouvert s’accompagne bel et bien de la construction d’une relation éducative forte, susceptible de permettre le changement et le mieux être des individus et des groupes ; il est toujours difficile de montrer la valeur d’une action globale et cela nécessite un travail d’analyse, de réflexion et de communication que l’on ne rencontre que trop rarement. Une fois de plus, les éducateurs, les travailleurs sociaux, ne parlent pas assez de ce qu’ils font et se privent d’en faire connaître la valeur et l’intérêt.

L’ambition de l'ouvrage "Travailler en milieu ouvert" (Eres- 2007) est de contribuer à donner une définition précise et claire du travail en milieu ouvert, qui consiste à travailler hors institution, à partir de territoires et de zones d’intervention, dans une optique de prise en compte globale des difficultés et besoins de la population contactée.

laurent_ott
25.01.2008